[AGIR] S1E6 – Tenir ses objectifs dans la durée

par | Fév 8, 2019 | Article, Podcast, Vidéo | 0 commentaires

En « scrollant » cette page, vous pourrez consulter son contenu en : (1) vidéo, (2) podcast ou (3) texte.

EN VIDEO

EN PODCAST

 

 RETRANSCRIPTION

 

Imaginez : vous avez un projet, vous avez défini vos objectifs et vous êtes ultra motivé parce que c’est quelque chose qui vous tient à cœur. Maintenant projetez-vous dans 2 mois : vous avez du travail par-dessus la tête, au quotidien vous avez mille choses à gérer et finalement, après avoir lancé les premières actions au début, là vous êtes au point mort dans votre projet. Ça fait 3 semaines que vous n’avez rien fait, que vous culpabilisez et que vous vous dites : “Là je n’ai vraiment pas le temps, ce n’est pas possible”. Vous voyez de quoi je veux parler ? Ça nous est déjà arrivé à tous.

 Dans ce 6ème épisode de la série « Agir », on va parler de comment réussir à maintenir votre motivation et mener à bien vos projets ou objectifs dans la durée.

 

Quand vous en êtes à ce stade, souvent vous vous dites que c’est un problème de procrastination ou de motivation. Mais en fait, c’est généralement un problème d’organisation.

Car, vous l’avez déjà vécu plusieurs fois : quand on a un “grand” objectif ou projet, c’est comme les bonnes résolutions, le premier mois ça roule tout seul, vous êtes à fond, vous trouvez le temps et l’énergie pour avancer. Mais ensuite le quotidien vous rattrape et vous faites de moins en moins d’actions et pfft… à un moment vous vous rendez compte que ça fait des semaines que vous ne faites plus rien, le temps a filé sans que vous le voyiez.

Et c’est NOR-MAL ! Les autres ne font pas mieux que vous, ils rencontrent les mêmes problèmes pour maintenir leur motivation et agir dans la durée pour leur projet.

 

Alors, à quoi est-ce dû ?

Il y a 3 éléments qui participent à ce phénomène :

  • Le cerveau humain est programmé pour rechercher la facilité. Il est partisan du moindre effort, ce qui veut dire que l’on préfèrera toujours une action à gratification immédiate (car ça libère de la dopamine dans notre cerveau, et ça nous donne de la satisfaction) plutôt qu’une action qui s’inscrit dans la durée. C’est ce que l’on appelle la loi de Laborit et vous pouvez l’expérimenter dans tous les domaines : aller s’acheter un éclair au chocolat plutôt que d’aller au sport, écrire un email pas vraiment important plutôt que de s’attaquer à un dossier urgent, regarder le dernier épisode de Game of Thrones plutôt que de faire le ménage…etc.
  • La deuxième chose c’est que, nous, les êtres humains, avons tendance à surestimer notre capacité de travail ou, si vous préférez, à sous-estimer le temps que va nous prendre l’exécution d’une action. Donc on se lance dans des projets en se disant, j’en ai pour 2 mois à cravacher et après c’est bon. Et 4 mois après vous n’avez toujours pas fini…
  • Et enfin, nous avons une relation assez ambivalente avec les délais. C’est à dire que plus vous vous laissez de temps pour mener une action, plus vous mettrez de temps à la faire. Pourquoi ? Parce que vous avez conditionné votre cerveau au fait que vous aviez, par exemple, 3 semaines pour le faire. Donc, que fait-il ? Il occupe tout le temps que vous lui avez donné (soit 3 semaines), même si – au final – l’action ne vous prendrai réellement qu’une semaine, il “dilate” son exécution (c’est la loi de Parkinson ou loi de dilatation). 

Bon, maintenant que vous savez d’où vient le problème, comment faire pour ne pas se retrouver le bec dans l’eau au bout de quelques semaines parce que votre projet stagne ?

 

(1) La première chose à faire est de “morceler” votre projet ou votre objectif. Le but est de le rendre plus digeste et que chaque action qui ne nécessite pas trop de temps. Si vous avez des actions qui prennent des jours, ce n’est jamais le moment de les lancer car vous avez toujours d’autres choses à faire plus urgentes.

Rappelez-vous que votre objectif est un parcours entre un point A, votre situation actuelle, et un point B, la situation ou le résultat que vous voulez atteindre.

 Il y aura donc des grandes étapes à passer et, pour chaque étape, plusieurs actions. Commencez par identifier les 3 à 5 grandes étapes pour passer de A à B et l’ordre dans lequel vous devez les franchir. Ensuite, attaquez-vous aux différentes actions. Mais ne vous sentez pas obligé de toutes les lister tout de suite ! Au contraire, commencez uniquement par celles de la 1ère étape, ensuite quand vous les aurez terminées (et après un moment de célébration bien mérité pour cette 1ère étape franchie), vous listerez celles de l’étape 2, et ainsi de suite. Avancez pas à pas. Faire un plan d’actions complet de A à B aujourd’hui serait contre-productif car la liste de toutes les actions à mener peut-être déprimante et surtout vous ne savez pas ce qui va se passer d’ici là, la plupart de vos actions évolueront au fur et à mesure que vous progresserez dans votre projet.

 

(2) Vous connaissez maintenant vos étapes principales et les actions à mener, mais ce n’est pas suffisant. Pour être sûr de mettre en place vos actions, vous devez leur fixer des échéances. Si vous n’avez pas de date butoir pour passer vos différentes étapes, on l’a vu au début de l’épisode avec la loi de Parkinson, vous diluerez vos actions dans le temps pour vous maintenir occupé. Donc, pour chaque action, décidez d’une date à laquelle vous vous engagez à la terminer. Et ce délai doit être réaliste mais pas trop large. Si vous voulez en savoir plus sur le problème de ne pas avoir d’échéance et son impact sur la procrastination, allez voir l’épisode 4 de la série.

 

(3) Chaque jour, quand vous avez déterminé quelles actions vous devez mener à bien dans la journée (et soyez réaliste, prévoyez entre 1 et 3 actions par jour maximum), commencez par la tâche la plus difficile ou celle que vous redoutez le plus. Je sais ce que vous vous dites, ce serait plus simple de s’y mettre en commençant par quelque chose de plus facile pour « s’échauffer ». Vous voyez c’est votre cerveau, partisan du moindre effort, qui parle là. Ça ne marche pas comme ça, au contraire. Au fur et à mesure de la journée et des actions que vous menez vous avez de moins en moins d’énergie et de volonté, vous devez donc garder les tâches les plus faciles pour la fin. Et en plus, en commençant par la tâche la plus difficile et en la terminant, vous gagnez en motivation et en satisfaction pour le reste (et comme ça vous en êtes débarrassé !).

 

(4) Même avec les meilleures intentions du monde, on peut très vite retomber dans la routine et se mettre à faire quelque chose, simplement pour faire quelque chose. Vous ne faites pas « rien », ce qui pourrait vous faire culpabiliser : non, vous faites quelque chose. Mais ça ne sert à rien si ce ne sont pas des actions pertinentes pour votre projet. Donc, pour éviter cela, avant chaque action, posez-vous les questions suivantes (et répondez honnêtement bien sûr) :

  • Est-ce que je ne suis pas en train de “faire pour faire” (c’est-à-dire d’occuper mon temps) au lieu de travailler réellement sur mon projet ?
  • Est-ce que cette action est véritablement utile à l’atteinte de mon objectif ?
  • Est-ce la chose la plus plus importante à faire à ce stade ?

En fonction de vos réponses, ajustez votre action si besoin.

  

(5) Enfin, ne pariez pas sur le fait que vous arriverez à vous concentrer comme cela sur une seule action en même temps. Nous sommes habitués à faire plusieurs choses simultanément (même si c’est scientifiquement prouvé que c’est inefficace) et nous sommes constamment interrompus ou sollicités. Pour vous donner les meilleures chances de réussite, vous devez trouver un endroit calme pour vous isoler, c’est-à-dire sans téléphone, sans Internet et sans personne autour. Si ce n’est pas possible chez vous ou au bureau, allez dans un café et mettez un casque pour vous couper des autres (et n’oubliez pas de couper Internet et votre téléphone !). 

En suivant ces quelques actions, vous serez à même d’avancer sur vos projets et vos objectifs de manière régulière. Imaginez comme vous vous sentirez satisfait et (il faut le dire) fier quand vous aurez mené à bien votre projet et que vous serez arrivé au résultat que vous souhaitiez ! Et l’avantage c’est qu’une fois que vous l’aurez fait, vous pourrez le répéter pour tous les projets qui vous tiennent à cœur.

Alors je ne dis pas que ce sera facile tous les jours, mais vous pourrez vous raccrocher à ces techniques pour dépasser les jours sans motivation ou vos envies de procrastination, sachant que vous y arriverez à la fin.

 

Donc, restez concentré et motivé sur vos objectifs ! Et si vous ne les avez pas clairement définis, vous pouvez télécharger gratuitement la fiche outil « fixez vos objectifs » en cliquant sur le bouton ci-dessous.

A vous de jouer : faites un pas après l’autre chaque jour !

    Share This

    Share This

    Share this post with your friends!