STOP à la dictature de la reconversion !

par | Mar 16, 2020 | Article | 0 commentaires

Aujourd’hui, la mode est à la reconversion à tous crins !

Les médias, Internet et même notre entourage n’ont que ce mot à la bouche : « reconversion ».

On discute tranquillement avec des amis à l’apéro, on parle du fait que c’est un peu (ou très) difficile en ce moment et le conseil quasi universel c’est « t’as qu’à te reconvertir ! ».

Et bien sûr, tout le monde arrive à se reconvertir, à changer complétement d’orientation. Parfaitement.

Vraiment ?

 

Regardons un peu les statistiques :

  • 64% des français veulent changer de métier (parce qu’ils pensent que c’est la solution)
  • Ets sur ceux-ci, seulement 22% changent réellement (1 sur 4). Et dans ce chiffre, sont inclus tous ceux qui ne le font pas par choix : retour à l’emploi après arrêt maladie / congé maternité, suite à un licenciement… etc.

Ça ne fait pas grand monde…

 

Et…

Ça dit uniquement qu’ils ont changé, pas qu’ils sont plus épanouis, plus motivés ou qu’ils trouvent plus de sens à leur travail.

 

Alors d’où vient cette impression que les autres y arrivent et pas nous ?

Des médias d’abord.

C’est au magazine ou au blog qui nous montrera le plus de témoignages de personnes RA-VIES de s’être reconverties ou d’avoir lancé leur boîte.

OK, admettons.

 

Et ceux qui l’ont fait (se reconvertir) et qui ne sont pas satisfaits ? pour qui ça n’a pas marché ?

Vous en avez entendu parler ? Non ?

Pourquoi ?

Parce que là-dessus, les médias sont en mode « silence radio » ! Ça ressemblerait trop à parler d’échec et, en France, l’échec c’est tabou ! On n’en parle pas !

 

Ensuite notre entourage.

De qui nous parle-t-on ?

  • de Marie qui était banquière et qui maintenant travaille dans une ONG
  • de Patrick, le cousin par alliance de la femme de notre voisin, qui est devenu boulanger

Tout le monde a son exemple à partager.

 

Et justement, le problème vient de là…

Un seul exemple à partager.

Ça ne pèse pas lourd face au nombre de personnes que l’on connaît.

 

Alors, attention, je ne dis pas qu’il n’est pas possible de se reconvertir avec succès.

Je dis simplement qu’on nous vend beaucoup de « rêve » sur le sujet sans réellement montrer l’envers du décor et, surtout, sans expliquer la méthode pour le faire.

 

Autre chose qui me hérisse, cette nouvelle mode qui nous serine qu’il faut « trouver sa mission de vie ».

Grr…

 Qu’est-ce que cela veut dire ?

« Vous n’êtes pas heureux dans votre travail ? C’est parce que vous n’avez pas trouvé de votre mission de vie »

Et je la trouve où ? En faisant une recherche sur Google ?

On nous dit qu’il suffit de se poser les « bonnes » questions pour avoir une révélation sur ce qui nous plaît vraiment et qu’ensuite tout se fera tout seul.

 

Vous avez essayé ? (moi oui)

Ça a donné quoi comme quels résultats ?

En lisant les livres sur le sujet, en général, on ne trouve pas de réponse claire et on se sent encore plus confus.

Voire même on culpabilise, on se dit que si on n’y arrive pas, c’est que c’est nous qui avons un problème, non ?

 

Franchement, est-ce que vous êtes la même personne aujourd’hui qu’il y a 5 ans ? qu’il y a 10 ans ?

Accepter qu’il n’y ait qu’un seul chemin vers notre propre épanouissement, c’est se préparer pas mal d’années d’introspection infructueuse et de frustration.

Je ne dis pas qu’il ne faut pas s’interroger sur soi ou sur nos envies mais il n’y a pas de réponse unique, valable toute notre vie. Nous évoluons tous les jours, tous les ans et nos envies aussi et c’est TANT MIEUX ! C’est ça qui fait que ça vaut le coup de se lever tous les matins !

Être humain, c’est évoluer, c’est progresser un peu chaque jour.

 

Alors que faut-il faire pour enfin s’épanouir au travail ?

Faut-il démissionner et se reconvertir ?

Faut-il lancer sa boite ?

Faut-il d’abord faire un bilan de compétences ?

Faut-il changer de métier ?

Faut-il garder son métier mais trouver une autre entreprise ?

Faut-il prendre un congé sabbatique pour trouver sa voie ?

Faut-il partir élever des chèvres dans le Larzac ?

Faut-il tout quitter ?

 

Dans les faits, voici les options que la société nous offre lorsqu’on se sent mal dans son travail :

  • Rester dans son travail
  • Changer d’entreprise
  • Changer de secteur d’activité
  • Changer de métier / se reconvertir
  • Se mettre à son compte (indépendant / entrepreneur)

Je vous expose en détail ces différentes options et leurs avantages et inconvénients dans mon article « J’en suis où par rapport à mon boulot ? ».

 

Et chacune des ces options peut être valable pour vous, selon où vous en êtes dans votre vie professionnelle et ce dont vous avez envie aujourd’hui.

Aucune option n’est meilleure qu’une autre, aucune ne garantit nécessairement l’épanouissement à la clé.

En revanche, ce qui est sûr c’est que la seule façon de changer les choses est d’AGIR.

(ça paraît une évidence, mais c’est toujours bien de le répéter)

 

Mais, le changement ça peut faire peur.

Et c’est NOR-MAL.

 

Parce qu’on l’envisage avec un grand C : le Changement (tin nin tin nin, musique angoissante sur 2 notes)

C’est source de stress, d’angoisse et… d’inaction (eh oui, quand ça fait vraiment peur, on n’a pas envie d’y aller). On est dans le « tout ou rien » !

Et, surtout, pour pouvoir agir, il faut que vous sachiez par où commencer, pour faire quoi, à quel moment, et comment… etc.

 

 

C’est pour cela que vous devez prendre le temps nécessaire pour faire votre choix

Attention toutefois, avant de décider, ayez bien en tête deux choses :

  • Beaucoup d’entre vous espèrent un « déclic », une « révélation » sur ce qui pourrait donner plus de sens et d’épanouissement à leur vie professionnelle.

Cela ne fonctionne pas comme cela… Une décision importante comme celle de changer d’orientation professionnelle demande du temps et de la maturation.

  • Le chemin de la reconversion (si c’est celui qui vous choisissez) n’est pas une sinécure ! Une fois, que vous avez suivi la formation nécessaire (c’est souvent un passage obligé quand on se reconvertit), il est essentiel d’avoir anticipé que lorsque l’on repart à zéro. Cela vous place de facto dans une posture de « débutant » (ce qui n’est pas toujours facile lorsque l’on a déjà plusieurs années d’expérience professionnelle derrière soi). Cela agit sur vos revenus bien sûr, mais aussi sur votre positionnement, votre estime de vous.

 

Bref.

Si vous vous sentez mal dans votre travail, si l’envie de tout plaquer, de tout changer vous prend, soyez attentif à tous ces points pour prendre la meilleure décision possible, à l’instant T, pour vous par rapport à votre situation.

Et, pour vous aider à savoir où vous en êtes par rapport à votre envie de changement, je vous ai préparé un questionnaire pour faire le point.

Cliquez sur le bouton ci-dessous, répondez aux questions, entrez votre adresse mail et accédez directement à votre profil de changement.

Share This

Share This

Share this post with your friends!