fbpx

Le flow (ou expérience optimale) : qu’est-ce que c’est ? Comment le reproduire ?

par | Déc 12, 2017 | Article, Podcast | 0 commentaires

Le flow est un concept développé par Mihaly Csikszenmihalyi, un psychologue hongrois.
Vous en avez déjà sûrement vécue une, c‘est une activité que l’on accomplit où l’on est totalement absorbé, où l’on ne voit pas le temps passer et à la fin de laquelle on ressent une profonde satisfaction.

Mihaly Csikszenmihalyi a décrit les 8 caractéristiques majeures du flow (ou de « l’expérience optimale » en français) comme étant : 

  • La tâche que l’on entreprend est réalisable et représente un défi qui exige une aptitude particulière
  • La personne se concentre sur ce qu’elle fait
  • La cible visée est claire
  • L’activité en cours fournit une rétroaction immédiate
  • L’engagement de la personne est profond et fait disparaître toute distraction
  • La personne ressent une perte de contrôle sur ses actions
  • La préoccupation de soi disparaît
  • La perception de la durée est altérée.

Pour en savoir plus et, notamment, comment reproduire l’expérience optimale (ou le « flow »), écoutez le podcast ci-dessous 

DÉCOUPAGE DU PODCAST (pour les plus pressés…)

  • Introduction   0:00 > 2:39
  • Les 8 caractéristiques majeures de l’expérience optimale   2:39 > 8:42
  • Les activités concernées par l’expérience optimale   8:42 > 9:40
  • Les obstacles possibles à l’expérience optimale   9:40 > 11:15
  • Le paradoxe travail / loisirs dans le cadre de l’expérience optimale   11:15 > 12:55
  • Comment favoriser l’expérience optimale : les clés pour la reproduire   12:55 > 16:19

RETRANSCRIPTION

Lancement de la série de podcasts [Mieux s’organiser]

Bienvenue dans le 1er épisode de la série « Agir » !

Parfois on a envie de faire plein de choses, on a plein d’idées et en fait on ne se lance pas, que ce soit par rapport au travail (« ça me saoûle », « j’ai pas envie d’y aller »), pour faire du sport ou tout simplement pour commencer une nouvelle activité qu’on a envie d’essayer depuis longtemps… et pourtant on ne passe pas à l’action… On a envie, mais impossible de s’y mettre (bon pour le boulot, c’es différent, pas le choix on y va). 

 

D’abord, première chose, ça nous arrive à tous (même à ceux qui sont toujours contents dont on a l’impression qu’ils vivent chez les Bisounours), pas besoin de vous flageller à longueur de temps ni de vous mettre la tête dans le four tout de suite.
Pour ma part, j’ai longtemps pris des abonnements à des salles de sport pour n’y aller ensuite que 3 ou 4 fois au mieux (bonjour le retour sur investissement !)
Le truc, quel que soit le sujet, c’est que l’on n’est pas motivé sans raison. Ça n’arrive pas comme ça le matin en claquant des doigts et hop on est motivé (déjà ça ne marche pas pour les trucs qu’on voudrait faire, alors encore moins pour les trucs qu’on DOIT faire).

Notre cerveau n’est pas idiot. Et si on ne lui donne pas de raison valable de se mobiliser (et donc de vous sentir motivé) et bien il ne le fait pas !
Pour le sport, par exemple, je n’avais pas de raison précise. Je me disais simplement « c’est bon pour ma santé » ou « je serai plus mince ». Vous imaginez bien qu’avec des raisons aussi vagues mon cerveau se focalisait plutôt sur le pain au chocolat de la boulangerie du coin (et son plaisir immédiat) plutôt que sur ma séance de cardio.

Alors concrètement, comment faire pour se motiver ?
Je l’ai dit : pas de motivation sans raison ! Donc il faut commencer par déterminer pour quelle raison vous voulez vous motiver, quel est l’objectif qu’il y a derrière. Alors, il y a plein d’acronymes pour bien définir un objectif : SMART, KISS…etc. Mais la clé c’est la précision. Un objectif qui n’est pas précis, c’est un vœu pieux, au mieux une intention : « je veux être heureux » (difficile de faire plus vague) ou encore « je voudrais être riche »…

Donc un objectif c’est d’abord un résultat que vous souhaitez obtenir, que vous formulez au présent (ce n’est pas un rêve lointain mais un résultat atteignable) et avec une limite de temps (avoir un million sur votre compte en banque le jour de votre mort vous fera une belle jambe).
Et surtout, un résultat que vous pouvez atteindre par vous-même, sous votre contrôle. « Je veux gagner au loto » n’est clairement pas un résultat sous votre contrôle par exemple. La seule partie de cet objectif (qui n’en est pas un) qui est sous votre contrôle c’est le fait d’acheter des billets.
Prenons un exemple plus concret, « je veux avoir une augmentation » ce n’est pas sous votre contrôle. Ce qui l’est c’est ce que vous allez mettre en place pour mettre toutes les chances de votre côté pour obtenir cette augmentation (être plus visible auprès de votre chef, intervenir plus en réunion…). Et enfin, un objectif est quelque chose de positif. « je ne veux plus être le dernier à partir du boulot » n’est pas un objectif viable. Pourquoi ? Parce que le cerveau humain ne traite pas bien la négation. Si je vous dis de ne pas penser à un éléphant rose, que se passe-t-il tout de suite ? Vous imaginez un éléphant rose dans votre tête ! Imaginez les effets si votre objectif est négatif !

 

Donc, rappelons d’où l’on est parti : pas de motivation sans raison. Pour soutenir votre motivation, vous devez avoir un objectif qui est :

  • précis et est un résultat à atteindre
  • avec une échéance
  • formulé au présent et de manière positive
  • sous votre contrôle.

Si je reprends mon exemple sur l’augmentation de salaire, l’objectif pourrait être « je vais développer ma visibilité auprès de mon manager d’ici la période des évaluations en vue d’obtenir une augmentation de  3% » (pas très sexy je vous l’accorde) et si « développer ma visibilité » ne vous paraît pas assez précis, vous pourrez détailler les différentes actions à mettre en œuvre pour l’atteindre dans votre plan d’actions.

En définissant vos objectifs vous programmez votre cerveau pour l’atteindre (le cerveau humain adore résoudre les problèmes et trouver des solutions) et en sachant clairement ce que vous voulez, vous vous motivez à l’atteindre.
Ne me croyez pas sur parole, prenez quelques minutes tout de suite pour définir un 1er objectif et vous allez voir que votre motivation va tout de suite monter en flèche (bien sûr choisissez un objectif réaliste). Et par la suite, si votre motivation baisse, rappelez-vous pourquoi vous le faites (votre objectif).

Pour vous aider, vous pouvez télécharger gratuitement la fiche outil « fixez vos objectifs » via le bouton affiché ci-dessous.
Si vous avez aimé cet épisode, n’hésitez pas à « liker » et à commenter. 

A vous de jouer et rappelez-vous pas de motivation sans raison ! 

Share This

Share This

Share this post with your friends!